Diagnostics immobiliers : deux nouvelles obligations pour les bailleurs

Deux décrets d’application de la loi ALUR entrent en vigueur le 1er juillet 2017. Les propriétaires bailleurs louant un logement construit avant 1975 devront attester de l’état de conformité de l’installation de gaz et d’électricité de leurs biens immobiliers. Autrement dit, les diagnostics électricité et gaz viennent enrichir le dossier de diagnostic technique à remettre aux locataires.

En quoi consiste le diagnostic électricité ?

Le diagnostic électricité consiste à évaluer les risques que l’installation électrique d’un logement pourrait faire courir à ses occupants. Les principaux éléments à vérifier sont : la présence d’un appareil de commande, d’un dispositif de protection différentielle, d’une liaison équipotentielle… et aussi l’absence des matériels électriques vétustes. En effet, une installation électrique défaillante est l’origine de grand nombre d’incendies et d’électrocutions graves (près de 60 morts par an dus à l’électrocution). Pour cela, toutes les installations de plus de 15 ans sont concernées. Donc, avant de vendre un bien, il est recommandé de faire un diagnostic électricité au plus tôt. L’attestation du diagnostic est valable 3 ans.

En quoi consiste le diagnostic gaz ?

Le diagnostic gaz, quant à lui, a pour objet d’établir l’état d’installation intérieure de gaz afin d’évaluer les risques pouvant compromettre la sécurité des personnes. En effet, les accidents liés au gaz (explosion, anoxie, incendie, intoxication…) peuvent survenir si les installations ne sont pas correctement entretenues. Ainsi, pour les installations datant de 15 ans et plus, il faudrait vérifier l’état des tuyauteries fixes et des différents raccordements, l’état des appareils de chauffage, et aussi l’aménagement des locaux. La durée de validité du diagnostic gaz est aussi de 3 ans.

Les coûts engendrés par les nouveaux diagnostics

Il faut remarquer que ces diagnostics doivent être réalisés par un professionnel certifié et sont à la charge du propriétaire bailleur. En ce qui concerne les tarifs, ils sont variables. Donc, il est conseillé de comparer les prix sur le marché.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *