Patients traités après une attaque chimique présumée à Ghouta Est

Le rapport arrive alors que le régime syrien a repris les frappes aériennes et les bombardements, quelques heures seulement après qu’un convoi d’aide ait quitté la région après une trêve de cinq heures. La Défense civile syrienne a rapporté 30 cas d’asphyxie dans la ville d’Hammoria Damas a nié la responsabilité de l’attaque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *