Les Bélarussiens ont soif d’expression"              

Sophie Claudet : Valérie, de retour de Biélorussie, merci d’être avec nous, nous avons vu dans votre rapport que vous avez rencontré plusieurs dissidents, y compris des dissidents de haut niveau, à quel point c’était facile d’y avoir accès ? Valerie Gauriat : En fait, c’était assez facile Tous ces gens ont envie de s’exprimer Parler aux médias, en particulier les médias étrangers, car les médias nationaux, les médias locaux sont assez muselés, est une occasion de s’exprimer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *