Uber subit un autre coup légal

C’est un autre revers juridique pour la start-up de la Silicon Valley Le tribunal de première instance de l’UE a statué que la France a le droit d’intenter des poursuites contre les gestionnaires locaux de l’application Uber pour l’exploitation d’un service de taxi illégal, qui est lié à l’utilisation de chauffeurs non licenciés dans le cadre du service UberPOP, qui a été suspendu en France et dans plusieurs autres endroits, Uber exploite toujours son service avec des chauffeurs licenciés, Uber avait soutenu que la France aurait dû bénéficier du soutien de la Commission européenne pour une nouvelle loi sur les taxis, qui comprenait une mesure selon laquelle seuls les taxis officiels pouvaient utiliser les taxis géants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *