L’esclavage moderne au c?ur de l’Europe

Pas besoin de s’éloigner des institutions de l’UE pour connaître les conditions de travail des migrants A la station de métro Arts-Loi à Bruxelles, Mohammed, un immigrant marocain sans papiers, a travaillé pendant des mois pour 50 euros par jour pour le rénover, et c’était un travail dur Vous pouvez trouver son portrait parmi les photos qui décorent les murs de la station.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *