Des centaines de femmes manifestent devant le Congrès argentin pour réclamer le droit à l’avortement.

Le 13 juin, le Congrès se prononcera sur l’opportunité d’assouplir la loi et de permettre aux femmes de mettre fin à l’accouchement au cours des quatorze premières semaines de grossesse, ainsi que s’il y avait des anomalies f?tales graves ou si la femme avait été violée ou si sa vie était en danger, et que l’avortement ne peut être pratiqué légalement que dans 9 provinces sur 23 s’il existe une menace pour la vie de la femme ou si elle a été violée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *