Nouvelles auditions pour la commission von der Leyen Cette SEMAINE

Ce week-end, les Espagnols se rendent aux urnes pour tenter de sortir de l'impasse politique qui a donné lieu à quatre élections générales en quatre ans, et aux deuxièmes déjà cette année.

Les socialistes du premier ministre Pedro Sanchez mènent les sondages d'opinion, mais ont perdu un certain soutien, tandis que la popularité des partis de droite a augmenté depuis le rassemblement des séparatistes en Catalogne le mois dernier.

Mais aucun parti ni bloc de partis n'aura une majorité claire après le vote de dimanche (10 novembre), selon les sondages.

Les Roumains se rendent également aux urnes dimanche pour une élection présidentielle.

Le président conservateur-libéral en exercice, Klaus Iohannis, qui promet de poursuivre les efforts de lutte contre la corruption, devrait remporter le premier tour.

Iohannis a eu du mal à freiner les réformes judiciaires du parti social-démocrate (PSD) alors au pouvoir, mais depuis que son premier allié, le Premier ministre Ludovic Orban, a remporté un vote de confiance au Parlement lundi dernier, les efforts anti-corruption du président pourraient être relancés.

Viorica Dancila, ex-Premier ministre du PSD, et Dan Barna, de l'opposition de centre-droit, Save Romania Union, représentent moins de 20% des suffrages.

Iohannis, 60 ans, fera probablement l'objet d'un second tour le 24 novembre.

Nouvelle série d'audiences

À Bruxelles, l'attention sera portée à une nouvelle série d'auditions des commissaires désignés.

La commission des affaires juridiques du Parlement tiendra une séance extraordinaire le mardi 12 novembre pour examiner les déclarations de conflit d'intérêts des nouveaux candidats.

Le comité a rejeté d’anciens candidats de Hongrie et de Roumanie.

Si les trois candidats franchissent la première étape, leurs audiences auront lieu le jeudi 14 novembre.

L'actuel ambassadeur de la Hongrie auprès de l'UE, Oliver Varhelyi, rencontrera les députés européens de la commission des affaires étrangères pour obtenir leur soutien au portefeuille de l'élargissement.

Les liens étroits que la Hongrie entretient avec la Russie et la Turquie et sa décision de bloquer la coopération de l'Ukraine avec l'OTAN ont toutefois suscité l'inquiétude de certains députés au sujet du fait que Budapest avait été confiée au commissaire à l'élargissement.

Néanmoins, Varhelyi devrait être confirmé, même si les députés pourraient lui poser d'autres questions écrites pour préciser certains engagements de sa part.

La candidate à la Roumanie, la députée européenne Adina Valean, qui a dirigé les commissions de l’environnement et de l’industrie du Parlement, devrait également être confirmée par la commission des transports.

Le Français Thierry Breton, choisi pour diriger la politique industrielle de l'UE, ancien PDG de la société informatique française Atos, va affronter les députés du comité du marché intérieur.

La candidate précédente de la France, Sylvie Goulard, a été rejetée par les députés au sein de la commission.

La semaine prochaine, on verra également si le Premier ministre britannique Boris Johnson nommera un commissaire britannique, comme le demande la présidente élue de la commission, Ursula von der Leyen, et conformément aux règles de l'UE.

Si tout se passe bien pour von der Leyen, le Parlement pourrait voter sur sa commission avant la fin du mois et entrer en fonction le 1er décembre.

Affaires étrangères

Lundi 11 novembre, les ministres des Affaires étrangères de l'UE se rencontreront pour discuter de la Turquie et de son action militaire dans le nord-est de la Syrie.

Ils débattront également de l’Afghanistan, où une élection présidentielle a eu lieu fin septembre, et s’intéresseront également à la situation en matière de sécurité dans le Golfe et en Iran.

Le lendemain, les ministres discuteront également des questions de défense et adopteront 13 nouveaux projets de coopération en matière de défense.

Jeudi, lors d'une mini-plénière à Bruxelles, les députés discuteront de la situation des migrants bloqués dans les îles grecques ainsi qu'en Bosnie avec la commission.

Lundi, le sous-comité des droits de l'homme et le comité du développement discuteront de la situation des droits de l'homme et de la situation humanitaire dans le nord-est de la Syrie.

Les députés en plénière voteront jeudi sur une résolution mettant en garde contre les menaces potentielles résultant de la modification du code pénal polonais, qui vise à criminaliser l'éducation sexuelle des mineurs.

Vendredi, le Parlement et les États membres se réuniront pour tenter de combler les profondes divergences concernant le budget de l'UE de l'année prochaine.

Le conseil vise un budget de 166,6 milliards d'euros en engagements et 153 milliards d'euros en paiements, tandis que le parlement vise 171 milliards d'euros en engagements et 159,1 milliards d'euros en paiements.

Si aucun accord n'est conclu avant le 18 novembre, la Commission doit présenter un nouveau projet de budget pour 2020.

Mercredi 13 novembre, le président du Parlement européen David Sassoli et le président du Bundestag allemand Wolfgang Schauble prendront la parole devant le Parlement européen à l'occasion du 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin, le 9 novembre 1989.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *