La Finlande est-elle coupable de deux poids deux mesures sur les émissions de carbone?

Le groupe énergétique finlandais Fortum a annoncé le mois dernier qu'il augmentait sa participation dans la société Uniper à 70,5%, pour une transaction d'environ 2,3 milliards d'euros, lui conférant ainsi une participation majoritaire. La stratégie est certainement audacieuse, Fortum ayant des émissions vertes et à faibles émissions de carbone au cœur de ses ambitions. Sur son site internet, il est indiqué sur son site Web qu '"ils cherchent à faire évoluer le monde vers un avenir plus propre" et qu'ils "tiennent compte de manière équilibrée des problèmes liés au climat et aux ressources, ainsi que des impacts sur le personnel et la société.

Uniper est un conglomérat énergétique allemand avec un chiffre d'affaires de près de 80 milliards d'euros. Elle a été créée à l'origine comme un ensemble d'entreprises de «l'ancienne» énergie à haute teneur en carbone, mais constitue un acteur important sur le marché européen de l'énergie et dans la lutte contre le changement climatique. Le blogueur finlandais Hjallis Harkimo a souligné que les émissions totales de dioxyde de carbone de Uniper étaient supérieures à celles de la Finlande, et que, si le prix des émissions augmentait, la valeur de l’investissement de Fortum dans Uniper serait inévitablement affectée.

Harkimo, qui est également un député finlandais du Movement Now Party, a mis en doute la logique de la nouvelle acquisition de Uniper par Fortum.

S'adressant au Helsinki Times, il a déclaré: «Uniper possède également des atouts majeurs en Russie, un pays incertain. Avec les sanctions économiques en place, que pense le gouvernement de l’achat d’énergie à partir de là? »

«Une entreprise finlandaise fait tout ce qui est en son pouvoir pour entraver la lutte contre le changement climatique dans un autre pays européen. Vous utilisez une main pour définir l'objectif pompeux de neutralité carbone pour la Finlande, l'autre pour menacer les pays qui tentent de faire de même. "

La Finlande, qui assure la présidence de l'UE, n'a annoncé qu'en juin que le pays réduirait complètement ses émissions de carbone d'ici 2035. Mais il est difficile de tenir compte de cet engagement de neutralité carbone lorsque l'État investit dans un conglomérat énergétique allemand, Uniper, qui émet actuellement 59,5 millions de tonnes de dioxyde de carbone.

L’objectif de neutralité carbone de la Finlande s’applique-t-il également aux entreprises d’État, et le gouvernement finlandais peut-il introduire des changements chez Uniper grâce à la propriété de Fortum? C’est un point important qui doit encore être clarifié, mais lorsque j’ai approché Sirpa Paatero, ministre finlandaise du Gouvernement local et de la Direction de la propriété, elle n’était pas disponible pour commenter.

Olli Tianen, de Greenpeace Finland, a déclaré: «Il est effectivement problématique que Fortum, une société détenue majoritairement par l’État, fasse maintenant partie du problème, défendant les tentatives de Uniper d’entraver l’élimination du charbon en Europe. La Finlande a l'un des objectifs climatiques les plus ambitieux au monde. Cela devrait également se refléter dans la manière dont les entreprises à capitaux majoritaires de notre État agissent hors des frontières finlandaises. Le gouvernement finlandais est en train de rédiger une nouvelle politique de propriété de l’État. Cette politique doit être en ligne avec l'objectif de 1,5 degré et assurer la fermeture des centrales à charbon d'ici 2030 au plus tard. "

Uniper, dont Fortum a acquis le contrôle majoritaire, est l’un des investisseurs de Nord Stream 2 récemment autorisé par l’Agence danoise de l’énergie à installer le gazoduc Nord Stream-2 dans la zone économique exclusive du Danemark en mer Baltique, bien que cela soit extrêmement controversé en raison de son impact environnemental potentiel sur le milieu marin de la mer Baltique. Uniper possède également environ un tiers des installations de stockage de gaz souterraines en Allemagne, faisant ainsi de la Finlande un acteur essentiel dans la distribution stratégique de gaz en Europe.

En maintenant une participation opérationnelle dans le succès de Nord Stream, le budget finlandais est désormais devenu un bénéficiaire direct des approvisionnements en gaz russes contournant l’Ukraine. Cela pourrait-il faire de la Finlande un partisan inattendu de la politique de Poutine dans l'est de l'Ukraine et un instrument permettant de bloquer efficacement les futures sanctions de l'UE contre la Russie?

Uniper possède également des actifs importants et ses principaux revenus sont liés à la «vieille» industrie de l’énergie en Russie, qui comprend la production de chaleur et d’électricité pour le charbon et le mazout. Cela comprend la propriété de la plus grande station thermale de Russie et de la troisième plus grande ville du monde, située dans la ville de Surgut, dans le district de Khanty-Mansiysk. La Finlande pourrait-elle se retrouver dans une situation où son propre mouvement vers une économie sans émissions de carbone sera entravé par les intérêts commerciaux de l'entreprise d'État Fortum en Russie? La dépendance politique et économique de la Finlande à l’égard de la Russie pourrait-elle augmenter avec l’acquisition de ces actifs stratégiques par Fortum?

La société civile finlandaise est actuellement en train de débattre vivement de ces questions, parmi d'autres. Au cours des prochains mois, on verra plus clairement comment elles évaluent les risques politiques et économiques inhérents à la transaction, notamment en raison de la participation de Fortum aux discussions stratégiques sur le gaz entre l'Ukraine. et la Russie, et où en est le gouvernement finlandais.

commentaires

Commentaires Facebook

Mots clés: Europe, Parlement européen, Union européenne, UE, sélectionné, Finlande, Fortum, image complète, Uniper

Catégorie: Une page d'accueil, Energie, Marché de l'énergie, Sécurité énergétique, Stratégie européenne de sécurité énergétique, Finlande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *