"Personne ne doit être milliardaire", déclare #LabourParty

Le parti travailliste britannique d’opposition s’attaquera mardi 19 novembre à des milliardaires «obscènes», promettant une redistribution radicale de la richesse afin de couper le pouvoir des super riches qui, selon lui, financent le Premier ministre Boris Johnson en échange d’allégements fiscaux, écrit Andrew MacAskill.

Les deux principaux partis politiques affichent des visions radicalement différentes de la cinquième économie mondiale avant les élections du 12 décembre. Les conservateurs promettent de réaliser le Brexit, tandis que le Parti travailliste affirme vouloir être le gouvernement socialiste le plus radical de l’histoire britannique.

Selon le Parti travailliste, près d’un tiers des 151 milliardaires britanniques ont fait don aux conservateurs de plus de 50 millions de livres sterling (64,8 millions de dollars) depuis 2005, en échange d’allégements fiscaux accordés aux riches et aux entreprises d’une valeur de 100 milliards de livres sterling.

John McDonnell (sur la photo), le ministre des Finances en attente du parti, dira dans un discours qu'il veut "réécrire les règles de notre économie", en faisant de l'élection une occasion de renverser un système où les milliardaires peuvent acheter l'accès au pouvoir.

"Personne n'a besoin ou ne mérite d'avoir autant d'argent, c'est obscène", dira McDonnell, selon des extraits de son discours. "Il est également obscène que ces milliardaires achètent un accès et des allégements fiscaux au parti conservateur de Boris Johnson."

Le message central du mouvement ouvrier – une promesse de redistribuer la richesse à la majorité et non à la minorité – était un thème qu’il avait utilisé lors des élections de 2017, lorsque le parti avait confondu les sondages pour priver la première ministre Theresa May de sa majorité parlementaire.

Les syndicats espèrent que le message les poussera à prendre le pouvoir alors qu'ils traînent derrière le parti de Johnson dans les sondages.

Les politiques économiques du parti, qui constitueraient l'une des attaques les plus radicales contre le capitalisme dans une grande économie occidentale, incluent la nationalisation des compagnies de chemins de fer, de services publics et d'eau, la confiscation de 10% des actions des grandes entreprises, le passage à une semaine de quatre jours. et des taxes plus élevées sur les riches.

Le mois dernier, les travaillistes ont nommé des milliardaires de premier plan, tels que Hugh Grosvenor, propriétaire foncier, Mike Ashley, propriétaire de Sports Direct, Jim Ratcliffe, PDG d’Ineos, Crispin Odey, gestionnaire de fonds spéculatifs, et le magnat des médias américains Rupert Murdoch, représentants du «système truqué» britannique.

McDonnell a déclaré que le slogan «reprendre le contrôle» utilisé par les partisans de la sortie de l'UE lors du référendum de 2016 avait été mobilisé avec beaucoup d'effet, car beaucoup de personnes estimaient à juste titre qu'elles avaient peu de contrôle sur leur vie.

«Des décisions sont prises concernant les entreprises ou les services dans lesquels elles travaillent sur lesquelles elles n'ont aucun mot à dire et aucune influence», dira McDonnell. «Le travail réécrira les règles de notre économie. Il s’agit de traiter les gens équitablement et avec le respect qu’ils méritent »

Les conservateurs ont déclaré que les plans fiscaux du mouvement travailliste ne toucheraient pas les milliardaires, mais toucheraient plutôt les familles les plus durement touchées.

"La main-d'œuvre augmenterait considérablement les dépenses et obligerait les citoyens ordinaires à obtenir 2 400 livres supplémentaires d'impôts chaque année", a déclaré Simon Clarke, ministre adjoint des Finances.



Traduit de la source : https://www.eureporter.co/frontpage/2019/11/19/no-one-needs-to-be-a-billionaire-labourparty-says/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *