Revue de la saison 5 de The Magicians: la mort compte à nouveau, alors vivez avec

Les magiciens est dans un endroit très particulier. Dans sa cinquième saison, le spectacle Syfy est à peu près en matière à adapter des romans. C'est quelque chose que la saison 4 a passé la plupart de son temps à préparer, avec un gros méchant – un monstre qui possédait Eliot (Hale Appleman), peut-être le membre le plus charmant du casting – qui était une invention de la série. Mais c'est aussi maintenant un spectacle en deuil, et cela va prendre un certain temps pour que cela sorte de son système.

Ci-dessous sont des spoilers pour la finale de la quatrième saison mais pas pour la nouvelle saison.

La dernière saison de Les magiciens était un peu en désordre dans l'ensemble, mais cela s'est conclu par un étourdissement absolu: la mort du personnage principal Quentin Coldwater (Jason Ralph). Pour un spectacle qui joue aussi vite et librement avec la mortalité que Les magiciens, La mort de Quentin semblait importante et lourde, comme si cela signifiait vraiment cette fois. (Et, selon les producteurs de l'émission, c'est le cas.)

Pour conduire cette maison, la saison 5 passe beaucoup de temps à pleurer Quentin. Dans les trois premiers épisodes envoyés aux critiques à l'avance, le casting de la série traite des ramifications de sa mort et de ses retombées immédiates, un monde où il y a trop la magie. Alice (Olivia Dudley) a sombré dans une profonde dépression et fait quelque chose de drastique pour y faire face. Eliot et Margo (Summer Bishil) retournent au pays de Fillory pour découvrir qu'ils ont en quelque sorte déformé 300 ans dans un avenir où leurs amis Josh (Trevor Einhorn) et Fen (Brittany Curran) ont été déposés et tués par un "sombre" roi »qui gouverne désormais la terre magique. Penny (Arjun Gupta) se retrouve avec une offre d'emploi; le surplus de magie a conduit à plusieurs autres personnes avec son rare talent de téléportation à travers les mondes, et Dean Fogg (Rick Worthy) de l'Université Brakebills a besoin de quelqu'un pour les former.

Image: Syfy

La série prend son temps en ce moment, mais je ne suis pas très enclin à lui donner des ennuis pour ça. Même si sa nouvelle saison est un peu plus lente que je ne le souhaiterais pour le moment, c'est toujours l'adaptation rare qui est meilleure que son matériel d'origine. La raison en est simple: Les magiciens jamais vraiment pris la peine d'une adaptation directe. Les livres n'étaient souvent que des suggestions, avec des scènes sorties de leur contexte et réorientées et des idées remixées jusqu'à ce qu'elles deviennent quelque chose de plus étrange et nouveau.

Mais la série a fait tout cela tout en restant fidèle à l'esprit des romans. Les magiciens la trilogie des livres concernait, entre autres, un protagoniste masculin blanc qui croyait qu'il était au centre de l'histoire et apprenait douloureusement qu'il ne l'était pas. Les magiciens show poursuit cet objectif, peignant le monde autour de lui dans des tons vibrants et joyeusement vulgaires, permettant à chacun de ses personnages de passer leur journée au soleil.

C'est peut-être pourquoi je regarderai Les magiciens jusqu'à ce que le soleil se couche: c'est mieux que n'importe quel spectacle, en dehors de la De vraies femmes au foyer canon, à construire des personnages spectaculairement désordonnés avec suffisamment d'énergie chaotique pour effacer le soleil et faire en sorte que le public se soucie d'eux. Regarder une saison de Les magiciens c'est comme regarder une série d'effondrements nucléaires à peine contrôlés mais tout à fait sympathiques qui pourraient mettre fin au monde mais qui sont également incroyablement émouvants. Chaque personnage a besoin d'une thérapie, et ceux qui s'y trouvent devraient probablement aller plus loin. Je les aime tous profondément.

Malgré son début austère, Les magiciens est une joie à regarder d'instant en instant, et la toile semble grande ouverte d'une manière qui ne l'a pas été depuis la troisième saison stellaire de l'émission. Cela peut prendre un peu de temps pour passer à la vitesse supérieure, mais Les magiciens a toujours été un spectacle qui sait comment rendre une attente valable. C’est comme ça que la magie fonctionne, non? Beaucoup de préparation minutieuse et minutieuse, le tout pour une belle catastrophe que nous ne voyons jamais venir.

Traduit de la source : https://www.theverge.com/2020/1/16/21068687/the-magicians-season-five-review-syfy-quentin-coldwater

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *